Mon défi soupes : bilan de la 2e semaine

Nous voilà déjà à la fin de la deuxième semaine de ce défi soupe, il est donc temps de se faire un récapitulatif des 7 dernières recettes.

Si vous avez raté l’article de la semaine dernière, le voici : Mon défi soupes : bilan de la 1ere semaine

Alors cette semaine, nous avions :

la soupe de fanes de carottes,
le velouté de potiron et châtaignes,
le velouté de patates douces d’Émilie (merci Émilie),
la crème à l’artichaut,
le consommé à l’oignon (le gros ratage de la semaine),
la soupe à la turque et
la crème de carottes et navets

Notre top 3 de la semaine est :
– le velouté de potiron et châtaignes,
– le velouté de patates douces d’Émilie,
– et la crème à l’artichaut, bien que la soupe de fanes de carotte aurait largement mérité d’y figurer, mais ce n’est pas un top 4 !

La recette anti-gaspi : Soupe de fanes de carottes

Pour cette recette , j’ai regroupé les informations de différentes sources (amies, internet, livres de cuisine…) et, après inventaire de mon frigo, je me suis lancée !

J’ai d’abord pris le temps de recueillir les feuilles et d’éliminer les tiges des fanes. Apparemment, ce sont elles qui amènent l’amertume. C’est la partie de la recette qui m’a demandé le plus de temps 😉

Après, c’est vraiment facile et rapide : quelques légumes de saison, 15 minutes de cuisson, on mixe, un peu de crème végétale et on ajoute quelques brisures de noisettes dans chaque bol avant de déguster.

Merci à Marie Cécile du podcast Esperluette pour cette astuce 😉

Les soupes “orange” (la couleur, pas le fruit)

Velouté de potiron et châtaignes

Pour cette recette de saison, j’ai voulu utiliser des châtaignes fraîches.
En fait, c’est une erreur car je trouve dommage
1) de faire bouillir des châtaignes (elles sont tellement meilleures grillées),
2) de perdre du temps à les fendre, les cuire et les éplucher, pour finalement les mixer… Autant les acheter sous vide ou en bocal !

Sinon l’association potiron – châtaigne est un vrai plaisir en bouche, d’où sa place méritée dans le top 3.

Velouté de patates douces d’Émilie

Un autre velouté, qui a la même couleur que le précédent mais qui, par ses ingrédients exotiques (patate douce et lait coco) nous emmène très loin de nos contrées.

Même celui de mes colocs qui n’apprécie pas la patate douce d’habitude, a terminé son bol avec un grand soupir de satisfaction 🙂

Et puis, pour l’instant, c’est ma seule option pour voyager : cuisiner exotique pour transporter mes papilles ailleurs.

Et vous, vous êtes partant.e ?

Crème de carottes et navets

Là aussi une soupe de saison, là aussi une soupe orange et là aussi un goût totalement différent !

J’ai apprécié que le navet tempère et relève le goût de la carotte qui, pour moi, est souvent trop douce. J’ai trouvé que les goûts se complétaient et formaient un bel équilibre, en plus d’être facile et rapide.

À refaire sans hésiter !

Free style ou “Pascale se lâche”

Crème à l’artichaut

Cette recette est une combinaison d’erreurs, d’oublis dans mes achats et de décisions arbitraires dans ma cuisine.

La recette de départ est tunisienne et s’appelle hlalem aux artichauts. Elle est à base d’agneau, d’artichauts frais, de pois chiches et de petites pâtes appelées hlalem.

En gros, j’ai oublié d’acheter la viande d’agneau et de faire tremper les pois chiches, je n’avais pas envie de passer du temps à cuire et dépiauter les artichauts pour récupérer les fonds, et les pâtes à base de blé sont supprimées de mon régime alimentaire.

Du coup, j’ai improvisé et, à ma grande surprise, il en résulte une recette originale, rapide et savoureuse, bref mes colocs et moi, on s’est régalé 🙂

Soupe à la turque

Alors celle-là, je l’ai tellement remaniée et simplifiée que je n’ai pas osé lui laisser son nom d’origine : l’ezo gelin, qui est une soupe paysanne turque. Je m’en suis (très très) librement inspirée… et le résultat est une soupe inédite, à base de lentilles corail et de riz (étonnant, non ?) et vraiment rapide à faire.

Elle fait partie des bonnes surprises, même si je pense qu’elle peut certainement être encore améliorée.

Autopsie d’un ratage : le consommé à l’oignon

J’étais plutôt fière de moi en ce début de semaine, avec mes 4 soupes vraiment succulentes, quand le cinquième jour… LE ratage dans toute sa splendeur !!!

Ça devait bien arriver au moins une fois dans le mois !

Et ce n’est même pas à cause d’une recette compliquée, hautement gastronomique qui requiert des connaissances culinaires savantes. Non, j’ai voulu préparer un “consommé à l’oignon“.

D’après mon livre de recettes : préparation 5 mn, cuisson 20 mn, le tout avec 5 ingrédients… Facile !

Oui mais voilà : parmi ces ingrédients se trouvent quelques gouttes de sauce Worcestershire… sauce que je n’ai pas chez moi car elle contient du gluten 🙁

Comme vous vous en doutez, ça ne m’arrête pas.

Je regarde donc sur internet la composition de cette sauce typiquement anglaise au nom imprononçable pour nous pauvres français. Il en ressort que c’est une sauce aigre douce légèrement piquante, composée, entre autres, de vinaigre, de sauce soja, de mélasse, d’anchois, de pulpe de tamarin, d’ail et d’épices.

Dans ma cuisine j’ai de l’ail, de la sauce soja sans gluten, du vinaigre… ça va le faire non ?

Ben non !!!

Ce fut d’abord trop fade,
puis trop acide (trop de vinaigre),
puis trop long (j’ai fait cuire une pomme de terre pour essayer d’absorber l’acidité mais ça n’a pas fonctionné aussi bien que pour le sel !),
puis j’ai mis de la crème de soja et…
c’était mangeable mais bof.

Conclusion : trop d’énergie dépensée pour un résultat décevant 🙁

Ah ben ! c’est l’jeu ma pauv’ Lucette !! On ne peut pas gagner à tous les coups 🙂

Vocabulaire

Sinon, c’est quoi la différence entre soupe, bouillon, consommé, potage, velouté, crème et mouliné ?

Après quelques recherches sur internet, dans mes livres, et malgré quelques informations contradictoires, j’ai trouvé un article très clair qui explique les différentes dénominations. Le voici :

“Au Moyen Âge, ce terme (soupe) qualifiait une tranche de pain arrosée de bouillon, une recette à l’origine de l’expression “trempé comme une soupe”.
Cette dénomination fut étendue à toutes les préparations liquides mélangeant des légumes et du bouillon, mais aussi des féculents, de la viande ou du poisson.
La gastronomie n’étant pas avare de vocabulaire, les variétés de soupes sont qualifiées avec précision.
Ainsi, le bouillon est un jus de viandes cuites ou de légumes bouillis.
Réduit par une longue cuisson, il devient un consommé.
Additionné de légumes mixés, c’est un potage.
Dans sa version moulinée, parfois épaissie de jaunes d’œufs, le potage se fait velouté, ou crème si on y adjoint de la crème fraîche.
Enfin, la bisque est réalisée à partir d’un coulis de crustacés.”

Conclusion : si vous n’êtes pas sûr.e de vous, dites “soupe”, ce sera toujours juste 😉

Et voilà, il reste encore 2 semaines de menus à préparer.
Avez-vous des idées, une recette fétiche que vous voulez partager ou, au contraire, une recette que vous avez toujours eu envie de tester sans jamais oser vous lancer ?
Pour ma part, c’est la soupe aux orties : lorsque j’en avais dans mon jardin, je n’ai pas osé, et maintenant que je vis en appartement, je ne sais pas où en trouver !

Épinglez-moi sur Pinterest
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.