Alimentation hypotoxique : Mon placard antidouleur

Vous avez décidé de suivre le régime hypotoxique, mais vous ne savez pas comment vous y prendre. Par où commencer quand on débute ? Faut-il tout révolutionner d’un coup ou y aller pas à pas ?

À chacun son rythme ! Suivez mes conseils pour passer de Débutant à Expert en alimentation antidouleur. Prêt.e pour une “révolution tranquille” de votre cuisine ?

Le placard hypotoxique : niveau Débutant

C’est parti pour un premier tri de vos placards, frigo et congélateur !

Dans un premier temps, soyez vigilant.e sans être jusqu’auboutiste : avec le temps et l’habitude vous serez de plus en plus attentif.ve et vous décrypterez de mieux en mieux les étiquettes.

Pour ce premier tri, éliminez simplement les évidences :

  • les produits laitiers animaux
  • les produits contenant du gluten

A savoir : le gluten est présent dans le blé, avoine, seigle, orge, froment, épeautre, petit épeautre...

Alimentation hypotoxique : Mon placard antidouleur

Voici la liste (non exhaustive) de ce qui doit migrer vers d’autres assiettes :

  • la farine de blé (T45, T55 ou autres, même châtiment) ainsi que la levure chimique
  • les produits à base de farine de blé : pâtes, semoule de couscous, boulgour…
  • la polenta et la Maïzena (à base de maïs pour les deux)
  • le pain, pain de mie, biscottes, croûtons (du blé, du blé, du blé)
  • le lait, beurre, crème fraîche, fromage, yaourt, crème glacée (du lait, du lait, du lait)
  • les mueslis, barres de céréales, flocons d’avoine, pop corn, chocolat au lait et autres biscuits sucrés et salés

Bien sûr, il n’est pas question ici de gaspiller de la nourriture. Prenez le temps de terminer ce que vous avez déjà, et lorsque vous ferez vos courses, vous opterez pour des aliments de remplacement. Pensez aussi à redistribuer vos denrées dans votre entourage, vos paquets de pâtes serviront toujours à quelqu’un !

Le placard hypotoxique : niveau Avancé

Une fois cette première sélection effectuée, vous pouvez pousser le bouchon un peu plus loin et vérifier la composition des plats cuisinés, mélanges de légumes, soupes, en surgelé, conserve, bocal ou brique.

Ma liste de survie

Et maintenant ? Ça sent la pénurie ? Pas de panique !! Pour vous simplifier le passage à l’alimentation hypotoxique, voici une liste simple d’ingrédients basiques pour remplacer ceux que vous avez éliminé de vos placards.

  • En remplacement des pâtes, j’ai adopté le riz sous toutes ses variantes : rond, basmati, thaï, complet, semi-complet ainsi que galettes, nouilles et vermicelles de riz, bref la totale 🙂
  • La farine de riz a l’avantage d’être polyvalente et remplace avantageusement la farine de blé dans toutes les recettes. Elle existe aussi en version complète ou semi-complète, à votre convenance.
  • La fécule de pomme de terre est un excellent substitut à la Maïzena pour épaissir vos sauces.
  • Il existe en magasin bio de la levure sans gluten ; personnellement, j’utilise du bicarbonate de sodium, très polyvalent à la maison.
  • Pour mes tartines, j’utilise en alternance des galettes de riz soufflé et des tartines craquantes au quinoa, sarrasin ou à la châtaigne. Elles ont toutes leurs spécificités gustatives ; variez les plaisirs !

Goûtez aussi mes crackers de la survie aux petites graines !

  • Les laits végétaux n’ont du lait que le nom et la couleur. Je vous conseille d’en choisir un au goût neutre comme le lait de soja ; c’est également l’un des laits végétaux les plus faciles à trouver dans votre magasin habituel. Cependant essayez de le choisir sans OGM.

Vous pouvez commencer par mélanger lait de vache et lait de soja pour vous habituer progressivement au nouveau goût, et augmenter petit à petit la proportion de lait végétal.

  • Si vous avez l’habitude d’utiliser la crème fraîche, vous trouverez (souvent en conditionnement identique) des crèmes végétales offrant la même consistance.
  • Remplacez le beurre par une huile première pression à froid, bien meilleure pour la santé.
  • Les yaourts de soja remplaceront vos desserts lactés. Pour un apport en probiotiques, essayez le kombucha ou le kéfir d’eau.
  • Quant aux crèmes glacées, elles gagnent à être remplacées par des sorbets naturels. À base d’eau, ils sont beaucoup plus légers et tout aussi rafraîchissants !
  • Pour les couscous et taboulés, je troque maintenant ma semoule contre du quinoa.
  • J’ai redécouvert les légumineuses ! Lentilles (vertes, corail, béluga), haricots, fèves, pois chiches, pois cassés… font aujourd’hui pleinement partie de mon alimentation. Elles peuvent se consommer entières, en purée ou en soupe. Trop pratique !

Vous êtes pressé.e ? Les lentilles corail cuisent en 3 minutes sans trempage 😉

  • J’ai également pris l’habitude de parsemer mes plats et salades de graines diverses et variées : courge, tournesol, sésame, lin… En plus d’être bonnes pour la santé, elles apportent un côté croquant bien agréable.
  • Pour vos petits déjeuner, remplacez vos mélanges de céréales hyper sucrés par des mueslis sans gluten. On trouve vraiment beaucoup d’alternatives en magasin bio. Encore mieux, préparez vous-même votre mélange ! Choisissez des noix et des fruits secs, et recouvrez-les d’un peu de miel ou de yaourt végétal.

Douceurs et petites faims

Un petit creux ? Ce ne sont pas les idées qui manquent :

  • préparez des tartinades naturelles telles que houmous ou caviar d’aubergines

Avez-vous essayé ma tartinade trop facile aux petites graines et thym ?

  • trempez-y des bâtonnets de carotte, de concombre, ou des petits bouquets de chou-fleur ou de brocoli
  • picorez amandes, noisettes, noix de cajou ou raisons secs
  • grignotez des abricots secs, des tranches de bananes ou de mangues séchées
  • et pour vos envies irrépressibles de chocolat, choisissez-le noir !
Tartinade trop facile aux petites graines et thym
Tartinade aux petites graines et thym

Le placard hypotoxique : niveau Expert

La cuisson douce

Ça y est, vous avez fait tous les ajustement nécessaires, et il ne reste pas une miette de gluten dans vos placards. Bravo, vous approchez de la perfection ! Il est temps d’adopter le 3ème grand principe de l’alimentation hypotoxique :

  • pas de cuisson supérieure à 110°C

Je vous conseille de lire mon article à propos des cuissons douces : pourquoi on ne devrait jamais faire griller sa viande. A vous bouillons, papillotes et plats mijotés !

Les compositions pas toujours très claires

Vous prendrez très vite l’habitude de déchiffrer les étiquettes et éviter ainsi certains achats. Attendez-vous à des découvertes surprenantes : les industriels ne manquent pas d’imagination et vous avalez sans le savoir des additifs à base de lait ou du gluten dans des produits aussi variés que les charcuteries ou la sauce soja !!!

La lecture des étiquettes peut être un vrai casse-tête, j’en parlerai dans un prochain article

Faites marcher votre imagination !

Et maintenant, amusez-vous ! Partez à la découverte de saveurs nouvelles. Il existe de nombreux laits végétaux : amande, riz, noisette, ou même coco pour un parfum exotique.

Même chose pour les farines dont le choix aujourd’hui est très large : sarrasin, lentille, pois chiche, quinoa, châtaigne… Chacune a ses spécificités et ses usages particuliers. Commencez par les recettes les plus simples, puis vous apprendrez au fil du temps à les associer pour de meilleurs résultats. Goûtez, expérimentez, ou tout simplement suivez mes recettes hypotoxiques.

Pensez également à la cuisine orientale : les plats indiens et asiatiques contiennent peu (voire pas) de produits laitiers animaux ; en revanche, ils sont très riches en légumes, herbes aromatiques et épices aux multiples vertus. Essayez aussi les algues, celles qui entourent les sushis sont très bonnes en lamelles dans une salade au thon.

Un atout supplémentaire complètement inattendu : pendant le confinement, je n’ai pas été concernée par les pénuries de pâtes et farine de blé, et ça, c’est un vrai plus.

En revanche, la rupture de stock de papier toilette m’a affectée comme tout le monde 🙂

Je vous ai donné mes meilleures astuces pour changer de régime alimentaire en douceur, et composer votre placard antidouleur étape par étape ; n’hésitez pas à les partager autour de vous. Bien sûr vous adapterez ces conseils selon vos goûts et habitudes culinaires, mais toujours sans prise de chou !

Et vous, où en êtes-vous de votre changement d’alimentation ? Êtes-vous au niveau débutant, confirmé ou expert ? Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ? Dites-moi tout dans les commentaires 😉

Alimentation hypotoxique : Mon placard antidouleur
Épinglez-moi sur Pinterest !
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  • 12
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.